Conseils

5 conseils pour faire du vélo au quotidien

Vous avez certainement appris ici ou l’incroyable engouement des Français pour le vélo depuis le déconfinement. Vous aussi, vous avez peut-être franchi le pas, ou envisagez de le faire. C’est un changement important : la voiture est ancrée dans notre culture, et réussir à en limiter l’usage nécessite quelques efforts. Velonova vous prodigue 5 conseils pour faire du vélo au quotidien durablement !

1. Faites vos calculs

Savez-vous que 40 % des déplacements en voiture font moins de 3 km ? Les petits trajets du quotidien (acheter le pain, aller au travail ou à l’école) ne nécessitent pas toujours l’utilisation de la voiture. Dans notre région, la plupart des familles ont deux voitures, pour un budget moyen d’environ 233 € par voiture et par mois. Réduire son utilisation, voire remplacer une des deux voitures par un vélo peut s’avérer intéressant d’un point de vue écologique et économique. De quoi être encore plus motivé, non ?

2. Identifiez vos obstacles

Relief des parcours habituels, transport de charges, météo capricieuse, absence de vestiaire sur son lieu de travail pour changer de tenue si nécessaire… Je ne parlerai pas de l’état de forme, car si cela peut être une difficulté au départ, vous serez surpris de voir les progrès que vous réaliserez en quelques semaines à peine.

Pour chaque obstacle identifié, il y a des solutions :

  • En cas de parcours vallonné, choisissez un itinéraire bis, grâce à Google Maps. Autre possibilité, l’utilisation d’un vélo à assistance électrique. Cela ne vous dispense pas de pédaler, mais vous apporte un précieux soutien jusqu’à 25 km/h.
  • Si vous transportez des objets ou des enfants, il existe toutes sortes de dispositifs, du simple porte-bagage jusqu’au vélo cargo en passant par les remorques. Comptez quelques dizaines d’euros pour un porte-bagage et ses sacoches, entre 100 et 2 500 € pour une remorque et entre 3 500 et 7 000 € pour un vélo cargo.velo longtailLe vélo « Longtail » permet de transporter plusieurs enfants ou des chargements encombrants, tout en restant maniable.
  • À Douarnenez, les températures sont assez douces l’hiver, et il arrive parfois qu’il pleuve. Mais comme le dit un dicton, « il n’y a pas de mauvais temps, juste de mauvais équipements ». Prévoyez donc des vêtements techniques, qui vous protégeront du froid, du vent et de la pluie tout en étant peu épais pour vous permettre de bouger facilement.
  • Vous n’avez pas de vestiaire au travail ? Le vélo à assistance électrique (encore lui !) vous permet de limiter votre effort et peut vous éviter d’arriver fatigué et en transpirant. Prenez une tenue de rechange que vous laisserez sur place en cas de besoin.
  • Si vos horaires vous amènent à vous déplacer de nuit, choisissez une tenue haute visibilité et un dispositif lumineux performant. Les éclairages ont beaucoup progressés : ils offrent maintenant plusieurs fonctions très utiles (batteries rechargeables sur USB, différentes fonctions de clignotement, témoin d’usure de batterie, projection au sol d’un laser lumineux qui délimite une zone de sécurité autour du vélo…).

3. Protégez-vous des vols

Quelques réflexes simples pour éviter toute déconvenue : équipez-vous d’un antivol adapté à vos habitudes. La marque Trelock classe ses antivols de 1 à 6, selon la durée de stationnement. Trouvez un point d’accroche fixe et robuste qui ne gêne pas le passage des autres usagers. Faites en sorte que l’antivol soit passé dans le cadre et si possible dans une roue de votre vélo. Les prix des antivols varient beaucoup en fonction de leur résistance. Si votre vélo a de la valeur, il mérite bien un antivol à 80 € !

Enfin, si vous voulez opter pour une solution dernier cri, sachez qu’il existe de petits modules GPS qui se dissimulent dans le vélo et vous alertent en cas de mouvement. Vous pouvez alors suivre le parcours du vélo en temps réel sur une carte. Cette solution est proposée par plusieurs acteurs comme Sherlock.

4. Protégez votre tête

On ne le dira jamais assez, mettez un casque ! Même si vous ne roulez pas vite, même s’il n’est pas obligatoire, vous n’êtes pas à l’abri d’un accident. L’argument consistant à dire « oui, mais c’est moche » ne tient plus debout en 2020, tellement le choix de formes, de couleurs, de styles est large ! J’aime beaucoup la marque Bern, qui propose une gamme esthétique, qualitative et à prix abordable.

casque vélo Bern

Attention, le port du casque pour les enfants de moins de 12 ans est obligatoire, qu’ils soient passagers ou conducteurs. Enfin, il est recommandé, lorsqu’un casque a subi un choc (lors d’une chute à vélo) de le remplacer. En effet, la structure peut être endommagée sans que cela ne soit visible. Le casque risque de ne pas vous protéger correctement la prochaine fois.

5. Assurez-vous

Vérifiez que votre contrat d’assurance auto ou maison vous couvre en cas de d’accident à vélo. Certains vélos coûtent aussi cher à l’achat qu’une petite voiture d’occasion. En cas d’accident ou de vol dans votre habitation, il vaut mieux être sûr que vous serez indemnisé. Si votre vélo est volé alors qu’il était dans le coffre de votre voiture, vous ne serez indemnisé que dans la limite de la valeur inscrite au contrat. Enfin, il existe des contrats d’assurance contre le vol de votre vélo sur la voie publique, comme chez Cyclassur. Cela représente un coût, mais peut vous rassurer si vous habitez dans une zone où les vols sont fréquents.